La FIAC Paris
fait son marché

Le Grand Palais, vaisseau amiral
qui va changer de quai en 2021...

La FIAC est revenue au Grand Palais en 2005, après quelques années passées au parc des expositions de la Porte de Versailles. Le Grand Palais constitue aujourd'hui le coeur de la manifestation parisienne mais de futurs travaux vont une nouvelle fois contraindre la foire internationale à déménager en 2021 et à s'installer sur le Champ de Mars, en face de la Tour Eiffel dans une nouvelle structure de "Grand Palais éphémère", un bâtiment de 10 000 m2 avec une structure additionnelle de 8000 m2 qui devrait accueillir la FIAC et Paris Photo.
Retour prévu au Grand Palais rénové en 2024.

FIAC galeries : 199 exposants

FIAC Galeries accueille cette année 199 galeries issues de 29 pays dont 2 pays représentés pour la première fois à la FIAC (la Côte d’Ivoire et l’Iran) ainsi que 3 pays qui font leur retour à la FIAC en 2019 (l’Islande, la Pologne, la République Tchèque). Parmi les exposants, on note le retour de 9 galeries représentatives de différentes zones géographiques et générations : Lisson (London, New York, Shanghai), Nara Roesler (São Paulo, Rio de Janeiro, New York), Contemporary Fine Arts (Berlin), Hunt kastner (Prague), Campoli Presti (Paris, London), Tomio Koyama (Tokyo), Galerie Papillon (Paris), Sprovieri (London), Baronian Xippas (Bruxelles).

En parcourant les allées du Grand Palais...

Dans la cohue de l'ouverture VIP et presse du mercredi, il faut jouer des coudes dans les allées du Grand Palais. Chacun fait son parcours, entre les stands, plus ou moins fréquentés par les visiteurs du premier jour.

Les collectionneurs viennent aux nouvelles auprès des personnels des galeries très affairés à les renseigner sur les oeuvres et les artistes, prompts à utiliser la tablette pour appuyer leur argumentaire.

La calculette suivra dans un deuxième temps.

L'ambiance respire l'international, l'anglais domine dans les échanges dont on peut percevoir quelques bribes au passage d'un stand.

Les "incontournables"

Il y a bien sûr les "incontournables", les plus cotés, les mieux placés, ceux qui prennent plus la lumière et l'espace : Gagosian qui célèbre Picasso, Man Ray et Picabia avec un stand entièrement customisé dans le style de ces artistes phares de l'art moderne.

Thaddeus Roppac, est toujours là, en échanges avec les visiteurs de sa galerie dont des valeurs sûres comme "Baselitz" confirme l'immense notoriété.

Chez Emmanuel Perrotin ou chez Kamel Menour, on se bouscule également...

Respirations

Après deux heures de déambulation à s'enivrer de cette profusion d'oeuvres (beaucoup de peintures, de la sculpture, des installations, moins de vidéo), tout en croisant un évêque improbable dans le grand escalier, il faut s'extraire du parterre pour prendre un peu de hauteur et rejoindre les salles supérieures, le secteur Lafayette avec les galeries émergentes, le salon d'Honneur puis la salle Jean Perrin et l'heureuse découverte d'un artiste persan...


Le stress du visiteur s'adoucit. Ici, moins de bruit, plus d'espace, moins de monde et des petites grappes où l'on devine parfois de l'intimité dans les différents boxes.

Croisements

On croise le grand Jean-Pierre Raynaud (artiste qui a réalisé à Mulhouse l'installation Space à l'entrée de la ville en face du Kiénpolis) ou Martha Kirzenbaum, qui avait assuré l'an passé le commissariat du secteur "Curiosa" et a été la commissaire du pavillon français de la Biennale Venise autour du travail de Laure Prouvost. Elle aussi connue à Mulhouse pour avoir été curatrice invitée de La Kunsthalle.

Il y a aussi tous les programmateurs des lieux et structures d'art contemporain, comme la Mulhousienne Sandrine Wymann,, directrice de La Kunsthalle, venue en repérages pour les prochaines expositions du centre d'art de la Fonderie.

Kehinde Willey

"Yes to All"

Epuisé, après plusieurs heures dans cette bulle du Grand Palais, on se retrouve au pied du grand escalier, dans l'avenue Winston Churchill piétonnisée, sous une pluie fine d'automne, le jour faiblissant, alors que les canons à barbe à papa de Vivien Roubaud crachent leurs filaments aériens qui viennent se coller sur les passants...

Sur le fronton du Petit Palais, une inscription lumineuse signée Sylvie Fleury, le mot de la fin en quelque sorte : "Yes to all"

Chez Jocelyn Wolf : une sculpture de Diego Branci (premier plan) et les toiles de Miriam Cahn.

Chez Jocelyn Wolf : une sculpture de Diego Branci (premier plan) et les toiles de Miriam Cahn.

Chez Jocelyn Wolf : une sculpture de Diego Branci (premier plan) et les toiles de Miriam Cahn.

Galerie Templon : Philippe Cognée, Adami, Garouste, Alberolla...

Galerie Templon : Philippe Cognée, Adami, Garouste, Alberolla...

Galerie Templon : Philippe Cognée, Adami, Garouste, Alberolla...

De l'art contemporain,
hors les murs

Sun Boat - 2018 - Moataz Nasr

Sun Boat - 2018 - Moataz Nasr

Sun Boat - 2018 - Moataz Nasr

Tomi Ungerer dans le jardin des Tuileries

"Army of Shovels" (2018), une oeuvre de l'artiste alsacien Tomi Ungerer, présentée par la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Army of Shovels (2018), une oeuvre de l'artiste alsaciien Tomi Ungerer, présenté par la galerie George Philippe et Nathalie Vallois dans le jardin des Tuileries.

Pouce   - 1998/2019    César

Dans le jardin des Tuileries, une oeuvre particulièrement engagée, "Garden" de l'Autrichien Lois Weinberger : un petit morceau de terrain dans lequel la nature est rendue à elle-même
Jennifer FLAY, directrice de la FIAC

Pushing Up The Daisies   - 2019    Matthew Monahan 


En passant par là...

Hors les Murs, en collaboration avec le musée du Louvre, présente un parcours d’une vingtaine d’oeuvres en extérieur
au sein du Jardin des Tuileries, site historique de ce secteur, ainsi qu’une exposition monographique de l’artiste anglais Glenn
Brown, en collaboration avec la Galerie Max Hetzler (Berlin, Paris, London...) au musée national Eugène Delacroix. Pour la
Place Vendôme, la FIAC Hors les Murs a donné carte blanche à l’artiste japonaise Yayoi Kusama pour investir ce lieu emblématique
de Paris, en collaboration avec la galerie Victoria Miro (London, Venezia).

FIAC projects au Petit Palais

FIAC Projects présente une trentaine de sculptures et d’installations, dans le cadre du Petit Palais et sur l’Avenue
Winston Churchill, piétonnisée à l’occasion de la FIAC.
Cette année, FIAC Projects est conçu en collaboration avec Rebecca Lamarche-Vadel, commissaire de la prochaine Biennale de Riga.




Le proverbe turc - 1998 - Erik Dietmann

Le proverbe turc - 1998 - Erik Dietmann

Le proverbe turc - 1998 - Erik Dietmann











Coups bas libres  - 1986 - Présebnce Panchounette

Coups bas libres - 1986 - Présence Panchounette

Coups bas libres - 1986 - Présence Panchounette







The Budda Can Eat /Contamination (Japanese) - 2019 - Max Hooper Schneider

The Budda Can Eat /Contamination (Japanese) - 2019 - Max Hooper Schneider

The Budda Can Eat /Contamination (Japanese) - 2019 - Max Hooper Schneider

We will keep cool, Cooling System 10 (for Global Warning) - 2019 - Laure Prouvost

We will keep cool, Cooling System 10 (for Global Warning) - 2019 - Laure Prouvost

We will keep cool, Cooling System 10 (for Global Warning) - 2019 - Laure Prouvost

Reality Slot - 2019 - Alicja Kwade

Reality Slot - 2019 - Alicja Kwade

Reality Slot - 2019 - Alicja Kwade